Contes et légendes/ Eugénie Duval

Légende de la Rétais

la-retais Au lieu dit « La rétais », une étrange légende a cours. Lors de la fête du « pommé », on attendait les musiciens. Des jeunes allèrent à leur rencontre et s’arrêtèrent, médusés, devant un grand bonhomme vêtu de noir qui jouait merveilleusement du violon sur le bord du chemin. Ils l’emmenèrent à la ferme où il fit danser l’assemblée.

le-diable-choisit-le-vent Tout à coup, un enfant remarqua : « Regarde, maman, le musicien a les pieds fourchus du cheval ! « . On alla chercher le curé de Mézières qui arriva peu après. A sa vue, le diable se mit en colère et lui dit : « Si tu n’étais pas venu, encore une ou deux danses, et ils me suivaient tous en enfer ! « .

Le curé lui donna le choix : « Disparais par pluie ou par vent ! ». Le diable choisit le vent et un énorme coup de vent s’abattit sur le village. Depuis ce temps, le pignon de la chapelle, qui avait été arraché, a été refait. On peut encore le remarquer aujourd’hui.

EUGÉNIE DUVAL

eugenie-duval
(photos M.Pénard)

Conteuse et chanteuse
de Haute-Bretagne 
 

Avec tous nos remerciements aux enfants d’Eugénie Duval, pour leur aimable autorisation et pour la documentation fournie.
(Tout particulièrement à Eugénie, sa fille).
Et si l’on se la racontait en gallo,à la façon d’Eugénie Duval…

Eugénie qui conte, Eugénie qui chante, Eugénie qui danse, Eugénie qui rit… Eugénie…

Fille du pays, née en 1926 à Mézières sur Couesnon, Eugénie Duval est une figure locale dont la commune peut être fière.

eugenie-et-son-pereC’est son père, Emile Rébillon, sabotier de son état et conteur durant les fêtes et veillées du village, qui lui a transmis cette belle tradition orale.

C’est également son père qui lui a appris à chanter et à danser. Eugénie a perpétué l’art du conte dans un cercle familial et privé, durant les longues années où le travail à la ferme tenait la priorité.

A l’âge de la retraite Eugénie a véritablement pu faire découvrir à un plus large public l’immense répertoire de chants et de contes qu’elle avait mémorisé depuis l’enfance.

Gallésante, Eugénie a su adapté sa langue au niveau de compréhension de ses auditeurs.

A partir de 1989, elle remporte trois bogues d’or successives au concours de chants et contes traditionnels de Redon, avec entre autres la chanson « la délaissée » et l’histoire de la « Cueurie de Pommé ». Eugénie a beaucoup voyagé à travers la Bretagne et jusqu’au Canada ! Elle s’est aussi bien produit devant des petits comités que lors de fêtes comme la Bogue, la fête de la Bouèze, les Tombées de la Nuit à Rennes, et un spectacle veillée à Québec !

Et la famille s’est très vite élargie à la grande famille des copains, de tout âge et horizon, conteurs, chanteurs et compagnons de veillées tels Albert Poulain à Pipriac, Thérèse Dufour à Redon, Marie-Claude Duval et Pierrick Cordonnier à Fougères, ou encore Bernard Hommerie… une autre grande famille aussi auprès de laquelle Eugénie Duval a trouvé la reconnaissance due à son talent.

Parmi ses nombreux petits et arrière petits-enfants, il y parfois toujours Elodie à prendre la relève avec quelques notes d’accordéon.